28 août 2016

I AM A SLAVE FOR YOU

« Wesh Mec. Parfois tu tombes sur des ptits mecs vraiment salopes qui font ressortir ton côté le plus bourrin. 
Y a quelques semaines, c’était vendredi soir et j’avais devant moi un week end avec rien de prévu. Mes potes étaient pas là, j’avais rien envie de branler mais comme d’hab j’avais grave envie de juter ! Me suis connecté à Beuronline, j’ai cherché une salope et j’ai pas mis longtemps à trouver. Un ptit minet avec les cheveux bruns courts, une gueule d’ange, l’air de ne pas y toucher… Juste l’air quoi car je peux te dire qu’à peine la photo de ma tige envoyée en privée, le gars lançait un « Mmmm » qui voulait tout dire. Lui ai fait comprendre que je cherchais pas juste un simple suce boules et que j’avais vraiment envie de niquer en mode barbare de la tepu. « Si tu me prends bien en main, je peux être une grosse chienne » il m’avait dit. Je décidais de le tester et lui envoyais mon adresse. En attendant qu’il amène ses trous, je m’étais pris une douche trankil. Je trainais après sur mon canap, juste en boxer, en fumant une clope. 
Ca a sonné, il était à l’heure – nickel. J’ai ouvert, il a eu l’air surpris de me voir juste en calbut mais il a lâché un sourire. Je lui ai pas laissé le temps de me dire bonjour, j’ai pris sa petite gueule, l’ai foutu à genoux et ai déballé mon paquet. Il a pas fait de manière, a ouvert la bouche et commencé le boulot. Cool : bonne suceuse, il prenait direct ma bite en fond de gorge et poussait des gémissements de tepu pour me signifier à quel point ça lui faisait du bien de se faire limer la gueule. 
Je me décidais à commencer de jouer un peu avec lui : « T’es une bonne salope toi, t’aimes la bite, fais un peu ta chienne, joue avec mon gland, montre que t’aimes ça ». Il s’exécutait, prenait un air de pute en donnant des coups de langue sur mon dard, commençait à se taper dessus lui-même avec mon zob en couinant. « Fous-toi à poil ! ». Il se relevait et enlevait doucement ses fringues. 
Pour bien lui montrer qu’il allait être mon soumis, je lui faisais accélérer la cadence et lui déchirais son slip. Je voyais qu’il était emmerdé mais il était trop excité pour dire quoi que ce soit : il savait que désormais il allait devoir se laisser faire. » 





video

video




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire