19 avr. 2015

L'ART EROTIQUE PREHISTORIQUE DANS LA GROTTE DE LASCAUX


Dans la Rome antique, ce n’est pas l’homosexualité qui est contre-nature mais la posture soumise de celui qui se fait sodomiser – l’idée étant, dit l’historien Paul Veyne, de « sabrer et de ne pas se faire sabrer ». Sénèque note ainsi : « La passivité est un crime chez un homme de naissance libre ; chez un esclave, c’est son devoir le plus absolu. » Sont donc considérées comme normales toutes les activités sexuelles où l’homme libre est actif : avec une épouse, une maîtresse, un adolescent, avec « l’esclave, homme ou femme ». Certaines pratiques sont toutefois dites « contre-nature » : la bestialité, la nécrophilie, et les unions avec les divinités.

http://www.cairn.info/zen.php?ID_ARTICLE=DHS_042_0285

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire