2 janv. 2015

LOCKER ROOM

Aussi loin que je me souvienne j'ai toujours été curieux des ambiances vestiaires, ou se mêlent, à des odeurs de sueur et de mauvais savon, la douce odeur du mâle. La vue des bites moles, parfois un peu gonflées, me bouleversait bien  plus que celle des sexes en érection...
video

« J'adore tout ce qui est plan vestiaires, odeurs de sueur et partouze entre mecs virils et sportifs. C’est à la fois un plaisir physique et cérébral. Chez moi. ça frise le fétichisme. Avant d’être sûr de mon homosexualité, j’aimais déjà ces moments où je me retrouvais dans les vestiaires du lycée avec mes copains de classe ou dans celle du club de foot avec mes coéquipiers. Puis j’ai su que j’étais fait pour les mecs, et là, j’ai ressenti une réelle et intense excitation en découvrant une bite, un cul, les poils du pubis ou des corps nus. J'avais dix-huit ans pour ma première pipe. Elle s’est déroulée dans les vestiaires d’un club de tennis, et avec la bite de l’un de mes meilleurs potes. J’ai commencé comme passif et suceur de queues. À présent, je reste bon pompeur de bites, mais je suis surtout un enculeur vicieux ». 
Source : http://www.gai-eros.org/w/index.php/L%27odeur_des_vestiaires
http://www.cyrillo.biz/histoire/odeur_de_male.html




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire