29 juin 2010

ABOUT HORNYBOYS

WHAT SOD !






video

from "Sizing Up"

AÏE, WHAT SOD !





video

COMPLICES : LES SCENES SEX !

LE FILM : Dès leur premier regard échangé dans un cybercafé, Vincent et Rebecca se sont aimés. Ils sont jeunes, à peine 18 ans, et regardent la vie avec insouciance. Pourtant deux mois plus tard, le corps de Vincent est retrouvé dans le Rhône, sans vie et salement amoché. Et Rebecca a disparu juste après cette mort brutale .... Ou on peut admirer la plastique impecable de Cyril descours.






video


FROM "ENGLISH STUDENTS"






video

28 juin 2010

HA HA CES HETEROS !

Délires déthéros (pris sur le NET)
jai souvent envi de me branler avec un pote, mais apres avoir ejaculer mon entousiasme retombe et je le vire vite fait parce que ce que jai fait ca m'ecoeure... jai du mal a comprendre ca... apres avoir gicler le mec me donne la gerbe...
je sais pas comment interpreter ca exactement, est ce que cest parce que au fond de moi je prefererai que ca se passe avec une fille, mais je lai fais avec un pote pasq on etait exité et tout, ou bien cest pareil avec une meuf apres avoir ejaculé...?
Je ne sais pas si je vis la même chose.
Mais quand je me branle, avec l'excitation, j'ai déja eut plusieurs fois le fantasme de sucer , me faire sucer , voire même me faire sodomiser . Mais dés que j'orgasme, ça m'intéresse plus du tout.
C'est pour ça que je me considére un peu homo mais pas tout à fait.
J'aurais envie de le sucer (éventuellement qu'il me suce).
Mais j'ai trop envie de savoir comment c'est de sucer
c super cool
c pa mieu ke qd on te le fe
me mon meulleur ami me la fe et moi je lui ai fe ojourdui
et sa tu CA CHANGE DE LA MAIN
bientot (ds un futur tres proche) pe etre on tentera la sodo
je réveille un peu le topic. Moi cette année je suis en internat et une nuit tout le monde dormais sauf mon pote et moi alors je suis aller dans son lit et on a parler, sa a devier sur le sexe et la il ma demander si je bandait. Je lui est dit oui et il ma dit montre. Je lui est montré et la il m'a prix direct ma queue. Depuis on se branle, on se suce et on se sodomise mais pas souvent. La premiere fois sa fait mal mais apres c'est trop bon.
Et pourtant je suis un simple hetero qui aime se faire du bien quand il a pas de copine
Aujourd'hui mon pot ma sucer c'eatit super ensuite je lui ai fe et il a kiffer ossi . tout les deux on en redemande et surement kon le refera.
J'ai quand meme un kestion:
est ce ke ce fe mal o cul la premiere fois ke lon ce fe sodomiser ?
Source :

HAIRYYYYY UNCUUUUT ...


GAYCLIC

UN NOUVEAU LIEN : GayClic. Blog non porno, vous trouverez toute l'actualité gay : cinéma, société, sport, livre, vidéo, politique, etc ... ICI, un article du 11 mai :
"Homophobie : malgré la législation, augmentation des agressions (rapport) Mardi 11 Mai 2010
Malgré une législation qui réprime fermement les actes homophobes, le nombre de témoignages sur des agressions physiques à l'encontre des homosexuels a progressé en 2009, passant à 88 contre 61 en 2008, indique l'association SOS-Homophobie dans son rapport annuel rendu public mardi.
L'"agressivité" des jeunes est en hausse et internet sert de "défouloir" aux homophobes, selon ce document.
"Il n'existe ni au ministère de l'Intérieur, ni au ministère de la Justice, de statistiques sur les agressions homophobes, nous éditons le seul document sur ce sujet en nous appuyant sur les témoignages (1.200 par an) que nous avons reçus sur notre ligne d'écoute, mais nous savons qu'il y a beaucoup plus d'agressions homophobes en France", remarque le nouveau président de SOS-homophobie, Bartholomé Girard."
Lire la suite sur Google Actualités Via AFP.

27 juin 2010

TEARS IN MY EYES

J'écoute John MAYALL en boucle ...

video

ORANGINA, SECOUEZ-MOI !

Vu sur GayClic
L'agence Nosite, qui s'occupe de faire la promotion des spots publicitaires pour Orangina, nous a fait parvenir le lien d'une nouvelle publicité (destinée au web) de la marque, en nous demandant ce que nous en pensions...
Source : http://www.gayclic.com/articles/un_puma_gay_dans_la_nouvelle_pub_orangina.html/
"Cette pub est géniale courte et efficace. N'avez vous pas remarqué le "naturellement" à la fin justement? ;) "


DIRTYBOY

MEET DEAN BYRON

With an amazingly thick 8-inch cock, Dean Byron gives us quite the show in his first vid. Dean is 21, has a lean toned bod, and a beautiful smile, an all around stud. This vid is hot – Dean totally loses himself in his own pleasure as he strokes his meat. He also gives us a nice view of his tight virgin asshole, spreading it wide and rubbing his hands up and down his cock, balls, and ass as he bends way over for us. As Dean gets close to blowing a huge load, his entire body starts shaking uncontrollably, and you can tell by the look on his face that he really enjoys the feeling of that big cock between his hands.
http://blog.gorgeousboys.com/?p=18353/





24 juin 2010

JE BANDE DONC JE SUIS

SEXE PERFORMERS
« Un dernier coup pour la route ». Pour certains mecs, la sexualité est une compétition qui se juge en terme de performance. Stakhanovistes phallo-rectaux, les sexe performers enchaînent les partenaires comme autant d’épreuves sportives. C’est parmi les gays et les hétéros échangistes que l’on rencontre ces personnages.
Les sexe performers partent à la chasse dans une des 40 back room parisiennes et autres lieux extérieurs. 40 back-rooms comme autant de stade de la défonce. Les championnats du cul sont toujours ouverts. 40 lieux de stupres ou, pour pas cher comme dirait mon épicier arabe, et à toute heure du jour et de la nuit on peut satisfaire ses ambitions pénétratives. La vie pour certains est un match sexuel contre une montre un peu trop molle. Une communauté gay compétitive ou il faut être le plus beau, le plus intelligent, le plus riche, jeune, désirable, musclé, bien monté, futile, affable, à table et patati et patata. Une communauté de consommation sexuelle ou chacun est le pion d’une partouze permanente.
Arrive le week-end (bien que pour certains le match soit permanent). Après avoir fait un peu de minitel ou de rézo, le popotin lavé et le bois bien bandée, le sexe performer se pare de ses habits de lumières noires. La chasse est ouverte : du gibier à foison. « Combien de queues vais-je me prendre ce week-end ? combien de derrières vais-je farcir ? Combien de fois vais-je jouir ? Combien de bières vais-je m’enfiler ? Quelles drogues vais-je utiliser et à quelle dose ?». Ils prévoient déjà leurs performances. Ils affinent leurs stats persos. Le sexe en soldes permanentes, sexes et culs dégriffées.
Le combattant du sexe à ses armes : gel, poppers et capotes. Les établissements gays veillent autant aux gays qu’à leur argent. Ces back-roomers proposent donc maintenant du gel en distributeur. Ils font la tournée des bars et bordels, à la recherche de nouveaux partenaires. Combien de mecs au tableau de chasse ? un, deux, trois, quatre ou plus encore ? Cela ne s’arrête pas, ne s’arrête jamais, car le désir une fois comblé déjà renaît et bande. Ils mettent un cockring pour toujours bien bander. Certains prennent du viagra ( à ne jamais associer au poppers). Car les sportifs du sexe ont aussi leur dopant libidinal. L’alcool, drogue en vente libre, ça déshinibe. Puis la drogue, la coke, les ecsta, etc. Alors forcément, les sexe runners sont plus performants. Il faut bander pour être, jouir pour exister. Chaque partenaire, comme des points à leur palmarès et la preuve formel de notre existence. Existence purement sexuelle. Et, comme dit la chanson, au petit matin, ils se retrouvent, à nouveau, tout seul comme un tocard.
En pratique :
Fast-Fuck. Action = Vie. 1990, j’ai dix-neuf ans. 15 000 cas de sida ont été recensés en France. Je n’ai plus rien à perdre alors je fonce, les ailes déployées, prêt à me consumer. Je dois encore apprendre à rire de la vie et de moi.
J’ai dormi à la belle étoile comme dans une aventure du Club des cinq, je crois que je resterais toujours un enfant. Je me réveille, encore dans le coltard. La nuit dernière, j’ai traîné au Cap d’Agde, en solitaire, sur le port. Toutes ces familles, ces mouflets, ça gueule, ça piaille, ça donne mal à la tête… Heureusement que je suis folle des pieds, j’ai échappé à tout ça, sinon, j’aurais déjà mes charentaises et mon gros ventre. Oui-oui, décidément, parfois je suis très-très content d’être un pédé.
Je suis passé à la Scala, une boîte fastidieuse, avec son spectacle de trav’s ridicule. Alors, j’ai fait la cagole avec mon sifflet et le T-shirts Act Up à triangle rose, la toute nouvelle association activiste que j’ai connu à ma première Gay Pride à Paris en 1989. Silence = Mort. Je préfère encore le Phébus à Montpellier. Christiane, la patronne, notre mère à tous, est toujours là depuis plus de vingt ans : c’était la Jeanne Moreau du bordel de Querelle. 10 heures. Je vais à culnuland, la plage des homosexuels. J’achète mon Libé, la queue à l’air. J’aimerais voir la tronche de mon marchand de journaux de la rue des Archives à Paris, si je m’y pointais en tenue d’Adam ! Ici, on est loin de tout, nus comme des vers, à la recherche d’une liberté archaïque, perdue. J’ai un corps, donc je suis. C’est les vacances, oui-oui !
Après avoir marché un long moment sur la plage, j’arrive à la zone des tapettes, ça grouille de partout. Je n’avais jamais vu un tel troupeau d’enculés, même à Sitgès ou à l’Espiguette. Je deviens vache heureuse et grégaire parmi son troupeau. Je m’installe et plonge dans l’eau.
Nu et cherchant ce queue je pourrais bien me mettre, je rejoins vite le petit bois derrière la plage, capotes et lubrifiant pour seuls vêtements. Après le coin échangistes, je tombe sur deux zones de dragues à pédés. Un labyrinthe de roseaux conduit jusqu’à une maison à l’abandon. Les hommes sont plantés là, se touchent. À l’intérieur de la vieille bâtisse, dans la pénombre accueillante et fraîche, les corps communient. Le sol est jonché de capotes, signes des jouissances éprouvées. Je ressors et, minotaure au sexe dressé, rejoins la danse infernale du dédale. On se retrouve ici comme enfermé dans son propre désir à tourner et tourner encore. Le désir se montre et se vit, libre. C’est décidé, je me ferais au moins cinq mecs dans la journée et pars à la recherche du premier. Il est vrai que les tantes ne pensent qu’au sexe. Je rejoins le bois des enculés. La scène ressemble à une huile de paysans au champ du XIXe siècle : c’est romantique cette moisson de bites. Il fait chaud, je suis nu au soleil, offert à la nature. Un garçon croise mon désir. Sans mot dire, nous nous enfonçons dans la forêt, à l’abri des regards, cachés. Nos corps s’épient au soleil, nos ombres s’enlacent. Rideau. Et d’un. Petit à petit, je commence à me sentir libre dans mon corps et ma sexualité. Aux suivants. Sur la plage, un attroupement d’une centaine de personnes en cercle. Je rejoins la parade. Deux femmes et un homme s’attouchent, cunilingus et tutti quanti. Tous les regards sont accrochés à ces corps, des hommes se branlent, excités, ou se font branler par leur femme. Du vrai porno driving beach ! J’en profite pour mater les queues 100 % hétéro, AOC. Nous sommes des bêtes, nous ne pensons qu’au sexe. Serait-il donc possible de vivre sa sexualité sans culpabilité ?
Je retourne au bordel à ciel ouvert, je veux du réel, des gros seins, des gros culs. Dans la multitude des rencontres, je tombe, nez à nez, oulala, sur un membre imposant et lourd, comme je les aime, agréablement porté par un mètre quatre-vingt de viande rouge. J’en fais mon affaire, je tâte, soupèse et achète. Nous restons là, à faire l’amour, nous prendre. Une dizaine de mecs nous observe, le poignet fébrile. C’est la première fois que je baise en public, ce n’est pas du tout évident à assumer, mais c’est libérateur. Je suis content d’avoir de moins en moins honte d’être un enculé. Rideau. Je ne suis plus maintenant qu’un simple objet sexuel. De consommation. Et de deux. Aux suivants.
Les roubignoles déshydratées, je retourne vers la mer. Je suis Robinson à la recherche de son troupeau de Vendredis, à me perdre, à me trouver, dans les limbes de mon désir. Encore et toujours excité, je croise une bande de garçons. Nous nous retrouvons à cinq dans un fourré. C’est ok, je vais donc me faire une brochette d’hommes. Je me régale, les pièces sont de qualité, tendres et savoureuses. Ca fond dans la bouche. Je m’attarde sur le plus gros morceau. Rideau. Et de six. Aux suivants.
Le désir à peine assouvi déjà revient. De retour sur la plage, un nouvel attroupement se crée. Un couple s’exhibe. Le mec commence à travailler la moule de sa poupée. Un superbe culturiste s’approche, la queue majestueusement dressée, le gland champignonesque. Le mari dirige la bite du beau mec vers le troufignon de sa chérie. Il la baise, sans Kpote. Le sida, connait pas ! Ils connaîtront bientôt. Moi aussi parfois, je me fais prendre ou je baise sans capotes. Après tout je n’ai plus rien à perdre, j’ai dix-neuf ans et je vais bientôt crever. J’ai été trahi, je peux donc, moi aussi, à mon tour, trahir. Extrait de Je bande donc je suis, Balland, 1999.